On a pas envie de lâcher la lecture

Je suis en pleine lecture de ton livre, les 100 premières pages. Incapable de donner une opinion définitive encore, ce que je peux te dire à ce stade de lecture, c’est qu’on sent une très grande sincérité mais surtout j’apprécie hautement ton style : riche, coulant, prenant. On a pas envie de lâcher la lecture. Je crois sérieusement que tu dois te mettre à l’écriture, et tu as l’étoffe d’un grand écrivain.

Louise Saad 12-02-2016

J’ai beaucoup apprecie…

J’ai beaucoup apprecie…
Les derniers chapitres sont bouleversants. Donner un sens a toute cette violence qui nous habitait!
C’est vrai tu as parle en ton nom mais tu nous as tous touche… On se sent tous concernes
Encore quelques pages et je reviens!

Danielle Pichon

A universal message of hope, that he delivers to Prestige.

Assaad Chaftari

Prestige issue 271, february 2016

«The book is a message of hope that I have experienced and that I hope to share with others»

In his book «La Vérité même si ma voix tremble», Assaad Chaftari, former No. 2 of Kataeb intelligence services during the civil war and current activist, member of movements, NGOs and the coalition Wahdatouna khalasouna, makes his public mea -culpa and advocates for change at personal level, dialogue and non-violence, to save the country. A universal message of hope, that he delivers to Prestige.

The author of the book, Assaad Chaftari. © Archives Assaad Chaftari.

You wrote a public letter of pardon in 2000 where you expressed your regrets following the atrocities of the civil war. You also released your film «Sleepless Nights» in 2013. What still drives you to publish a book? The «Sleepless Nights» movie is not «my movie». It is that of Miss Eliane Raheb that reflects her way of seeing things, and that somehow distorted my message. This movie rather addresses the problem of missing persons,this issue continues to make families of more than 17,000 missing people suffer and their hearts bleed according to figures of the Lebanese state. This book like my apology letter, bear my signature. I think I never talked about the important things this book unveils. This is not a shocking message, but rather a message of hope that I lived and that I hope to share with others.

«La Vérité même si ma voix tremble». Why this title? What can shake Assaad Chaftari today? I suggested a long list of titles that speak of abyss, of crossing the desert, of change, of hope, and many other themes treated in the book. In agreement with the publisher Dergham, we finally chose from the list the actual title. There are difficult truths to confess such as personal and intimate flaws, or abuses perpetrated personally during a civil war or the act of killing with your own hands. There is also the fact that I try to understand my personal, political and military life from another angle. I had to try to speak only of myself but in a minefield, we cannot always decide what mine will explode. Is it only yours or that of others? Who are those people with whom I worked and I do not want in any way to accuse them of anything. Than there is the problem of breaking taboos and this pact of silence that followed the end of hostilities, due in my opinion to the various traumas of the war and the disgrace of having been violent and even supra-violent.

What was the trigger? When and how did you decide to admit your faults and request pardon? From my painful experience of change, I know it’s not a question of trigger. It is rather a journey that triggers a beginning of change. As I counted in the book, God has placed in my path in 1988 a group called the Moral Rearmament known today under a new name Initiatives of Change. They preach personal change as a must for hope to change the world while comparing our life with four moral criteria, which are: absolute honesty, absolute purity, absolute unselfishness and absolute love at last. They also claim that God-if one is a believer- if not consciousness guide us if we want so, to the right path and inspire us the necessary acts to change ourselves and change a little bit the things around us and in our society.

If you were called upon to bear arms today, would you be willing to do it? If you refuse, won’t you be considered as a traitor refusing to defend his own country? A very random question, to which I have an answer. We must differentiate between the fact of bearing arms against an invading enemy from a foreign country and carrying weapons to kill people that are fellow citizens like brothers. I will never take up arms because they never solved anything and violence turns against its players. If not immediately, it will affect future generations. The dialogue has never killed anyone, mutual concessions in the interest of all either.

Photo 1 - table ronde CHAFTARI

 

Roundtable on the book of Assaad Chaftari. © Archives Assaad Chaftari.

 

If the course of events had turned in your favor, would you have done today your mea culpa?Another random question to which I don’t have an answer. Firstly let me place a precision. I may have lost militarily in the Christian camp. But overall I, with many others, won because the Taif agreement that ended the civil war was a bad copy of the tripartite agreement signed in December 1985 that I co-negotiated on behalf of the Lebanese Forces then and that was canceled by a coup that took the lives of hundreds of people. I had lost some Christians who later joined the Taif Accord but we have won the rest of the Lebanese. I believe that overall I am in the clan of winners. And for the causes of justice and peace, one must be prepared to lose everything in order to win. I think I was covered with Divine Mercy for this to be my case. Note that on some level I was still the hero you’re talking about, even after the end of the war, but for my family. I had to be at the service of all Lebanese. When one becomes aware of his mistakes,he commits a more important sin by remaining silent. If our governments have done nothing either in normal or transitional justice nor in understanding reasons of a fratricidal war, or at the level of a real reconciliation -not an eclectic reconciliation between politicians- we can, on the civil society and citizens levels, go through this purgatory. I said «we can» but I correct myself immediately: «we must»!

Does today’s youth remind you of that of 1975?A Message … Sectarianism is from bad to worse. The vertical division of the country into two coalitions, the disastrous division between Sunnis and Shiites, social problems, the weakness of the central government that is breaking records and wars around us are surely not the right ingredients for the appeasement of the spirits or for the establishment of stability in the country. Media means, all partisans, are much more numerous and virulent than during the civil war. Yes I admit that the situation is serious but not hopeless. To the youth I would say: do not let others decide for you, do not lose your critical mind, and go check the hearsay that speak ill of others. Get out of your comfort zone to discover that the other is as human as you, who may have other political views than yours but he is waiting for you.

Tell us about your activities … When I started waking up, I was surprised to know that many NGOs had started working for civil peace during the war with all the incumbent risks. Today a myriad of other NGOs have emerged. I am still part of Initiatives of Change / Moral Rearmament. This movement with 31 other NGOs is a member since 2008 of a coalition that we called Wahdatouna khalassouna or our unity will save us. Two years ago, following the hostilities in Tripoli, we were several ex-combatants from different enemy militias to form a new association under the name of Combatants for Peace. All these organizations have mainly aimed to immunize society -and especially youth- against violence from the many visits to schools, universities and certain political parties and other organizations. We travel all over the country. Many documentaries and other materials are available to young people or their educators. We organize meetings to share about our personal experiences before, during and after the war, but also workshops on forgiveness, violence, dialogue, conflict transformation, or non-violent communication. Sometimes we program a play, etc. I meet groups of young Palestinians but also young Syrians.

Are you planning to translate your book in other languages? The book is being translated in Arabic. I was asked to do the same to English but everything will depend on the demand, even if I am aware that the message conveyed through the book is universal.

Where can we find your book? The book can be found all over Lebanon, especially in major bookstores but also in the suburbs of Beirut and regions as Kaslik, Bikfaya and soon Zahle. You can also order it online via the website of Antoine online.

Do you have a message to the Lebanese? The country’s situation is not hopeless if you participate in change starting with yourself. We as individuals can deal with the impairment of our governments by taking the necessary initiatives to change the state of things, but to reach our goals, we should remain united and work in the interests of all, because if one community is weak, all Lebanon will become ill. Interview by MIREILLE Bridi BOUABJIAN

Un message universel d’espoir qu’il délivre à Prestige

 

Assaad Chaftari

Prestige N° 271, février 2016

«L’ouvrage est un message d’espoir que j’ai vécu et que j’espère partager avec autrui»

Dans son ouvrage «La Vérité même si ma voix tremble», Assaad Chaftari, ancien Numéro 2 des services de renseignements des Kataëb durant la guerre civile et actuel activiste, membre de mouvements, d’ONG et de la coalition Wahdatouna khalasouna, fait son mea-culpa public et prône le changement au niveau personnel, le dialogue et la non-violence, pour sauver le pays. Un message universel d’espoir qu’il délivre à Prestige.

L’auteur de l’ouvrage, Assaad Chaftari. © Archives Assaad Chaftari

 

Vous êtes l’auteur d’une lettre de pardon publique en l’an 2000 où vous exprimez vos regrets suite aux atrocités de la guerre civile. Vous avez également sorti votre film «Sleepless Nights» en 2013.Qu’est-ce qui vous pousse encore à publier un livre? Le film «Sleepless Nights» n’est pas «mon film». C’est celui de Mlle Eliane Raheb qui reflète sa façon de voir les choses et qui m’a défiguré quelque part car il ne révèle pas mon message mais il traite plutôt de la problématique des disparus dont le dossier continue à faire souffrir et saigner les cœurs des familles de plus de 17.000 disparus d’après les chiffres de l’Etat libanais. Par contre, ce livre, comme ma lettre de demande de pardon, portent mon seing. Et puis, je crois n’avoir jamais parlé des choses importantes que raconte cet ouvrage. Ce n’est pas un message choquant mais plutôt un message d’espoir que j’ai vécu et que j’espère partager avec autrui.

«La Vérité même si ma voix tremble».Pourquoi ce titre? Qu’est-ce qui peut faire trembler Assaad Chaftari aujourd’hui? J’avais suggéré une longue liste de titres qui parlent de gouffre, de traversée du désert, de changement, d’espoir et bien d’autres thèmes que je traite dans l’ouvrage. De commun accord avec l’éditeur Dergham, nous avons finalement choisi de cette liste le titre présent. Il y a des vérités difficiles à avouer comme celles des défauts personnels et intimes ou les abus perpétrés au niveau personnel pendant une guerre civile ou l’acte d’avoir tué de ses propres mains. Il y a aussi le fait que j’essaie de relire toute ma vie personnelle, politique ou militaire sous un autre angle. Il fallait essayer de ne parler que de moi-même mais dans un champ de mines on ne peut pas toujours décider quelle mine va exploser. Est-ce la vôtre uniquement ou d’autres qui sont celles de personnes avec qui j’ai collaboré et que je ne veux en aucun cas accuser de quoi que ce soit. Il y a ensuite le problème des tabous que je romps et ce pacte non écrit du silence qui a suivi la fin des hostilités dû à mon avis aux différents traumas récoltés pendant la guerre et la honte de nous être laissés être violents et même supra-violents.

Quel a été le déclic? Quand et comment a débuté votre chemin de Compostelle? De par ma douloureuse expérience de changement, je sais qu’il n’y a jamais un déclic. C’est plutôt un cheminement qui enclenche un début de changement. Comme je le raconte dans l’ouvrage, le Bon Dieu a mis sur mon chemin en 1988 un groupe dit le Réarmement Moral aujourd’hui connu sous un nouveau nom Initiatives et Changement. Ils prêchent le changement personnel comme un passage obligatoire pour espérer changer le monde tout en comparant sa vie à quatre critères moraux qui sont: l’honnêteté absolue, la pureté absolue, le désintéressement absolu et enfin l’amour absolu. Ils affirment aussi que le Bon Dieu -si on est croyant-, sinon la conscience, nous guident -si on le veut-, vers le bon chemin et nous inspirent les actes nécessaires pour nous changer nous-mêmes ou changer un tant soit peu les choses autour de nous et dans notre société.

Si vous étiez appelé à porter aujourd’hui les armes, seriez-vous prêt à le faire? Si vous refusez, n’agiriez-vous pas en traître refusant de défendre votre pays? Une question fort aléatoire mais à laquelle j’ai une réponse. Nous nous devons de différencier entre le fait de porter les armes contre un envahisseur d’un pays étranger et porter les armes pour tuer des frères citoyens donc frères. Je ne prendrai plus jamais les armes car elles n’ont jamais rien résolu et toute violence se retourne contre ses acteurs. Si ce n’est pas dans l’immédiat, elle se répercutera à coup sûr sur les générations suivantes. Le dialogue n’a jamais tué quelqu’un, des concessions mutuelles dans l’intérêt de tous non plus.

 

Table ronde autour du livre d’Assaad Chaftari. © Archives Assaad Chaftari

 

Si le cours des événements avait tourné en votre faveur, auriez-vous fait aujourd’hui votre mea-culpa? Encore une question aléatoire à laquelle je ne saurai répondre. Tout d’abord laissez-moi placer une précision. J’ai peut-être perdu militairement au sein du camp chrétien. Mais au total j’ai, avec beaucoup d’autres, gagné car l’accord de Taëf qui a mis fin à la guerre civile n’a été qu’une mauvaise copie de l’Accord tripartite signé en décembre 1985 que j’ai co-négocié au nom des Forces libanaises d’alors et qui a été annulé par un putsch qui a coûté la vie à de centaines de personnes. J’avais perdu une partie des chrétiens qui ont plus tard rejoint l’accord de Taëf mais par contre j’ai, nous avons gagné tout le reste des Libanais. Je suis catégorique qu’au bilan je suis du clan des gagnants. Et puis pour les causes de justice et de paix il faut être prêt à tout perdre pour gagner. Je crois que j’ai été recouvert d’une Miséricorde divine pour que tel soit le cas peut-être. Remarquez qu’à un certain niveau j’étais encore ce héros dont vous parlez même après la fin de la guerre, mais pour les miens. Mais je me devais d’être aussi au service de tous les Libanais. Quand on devient conscient de ses erreurs et de ses péchés on commet un péché plus grave en gardant le silence. Si nos gouvernements n’ont rien fait ni au niveau de la justice normale ou transitionnelle ni au niveau de relecture des raisons d’une guerre fratricide, ou encore au niveau de la restitution ou au niveau d’une vraie réconciliation -au niveau de souche pas une réconciliation éclectique entre politiciens-, nous pouvons, aux niveaux citoyen et société civile, passer par ce purgatoire. J’ai dit «nous pouvons» mais je me corrige tout de suite: «nous devons»!

La jeunesse actuelle vous rappelle-t-elle celle de 1975? Un message… Le confessionnalisme s’envenime et empire de plus en plus. La division verticale du pays en deux coalitions distinctes, la division catastrophique entre sunnites et chiites, les problèmes sociaux, la faiblesse du gouvernement central qui bat des records et les guerres qui nous entourent ne sont sûrement pas les bons ingrédients pour l’apaisement des esprits ou pour l’instauration d’une certaine stabilité dans le pays. Les médias, toutes partisanes, sont devenues maintes fois plus nombreuses et plus virulentes que pendant la guerre civile. Oui j’avoue que la situation est grave mais pas désespérée. A la jeunesse je dirais: ne laissez pas les autres décider pour vous, ne perdez pas votre esprit critique, et allez vérifier les ouï-dire qui parlent du mal des autres. Sortez de votre zone de confort vers la découverte de l’autre qui est aussi humain que vous, qui a peut-être d’autres opinions politiques que les vôtres mais qui vous attend.

Racontez-nous vos activités…Quand j’ai commencé à me réveiller j’ai été surpris de savoir que beaucoup d’ONG avaient commencé à travailler pour la Paix civile pendant la guerre avec tous les risques qui incombaient. Aujourd’hui une myriade d’autres ONG ont vu le jour. Je fais toujours partie d’Initiatives et Changement/le Réarmement Moral. Ce mouvement avec 31 autres ONG est membre depuis 2008 d’une coalition que nous avons appelée Wahdatouna khalassouna ou encore Notre unité nous sauvera. Il y a deux ans, suite aux hostilités à Tripoli, nous étions plusieurs ex-combattants venant de différentes milices ennemies à nous constituer en nouvelle association sous l’appellation Combattants pour la Paix. Toutes ces organisations ont surtout comme but d’immuniser la société -et surtout les jeunes- contre la violence d’où les nombreuses visites aux écoles, universités et à certains partis politiques et autres organisations. Nous nous déplaçons dans tout le pays. Nombreux documentaires ou autres ouvrages sont mis à la disposition des jeunes ou de leurs éducateurs. Nous organisons des séances de partage à propos de nos expériences personnelles avant, pendant et après la guerre, mais aussi des ateliers sur le pardon, la violence, le dialogue, la transformation des conflits, ou la communication non violente. Parfois c’est une de nos deux pièces de théâtre, etc. Je rencontre des groupes de jeunes Palestiniens mais aussi de jeunes Syriens.

Envisagez-vous la traduction de votre livre en d’autres langues? Le livre est sous traduction vers l’arabe. On m’a prié de faire de même vers l’anglais mais tout dépendra de la demande quoi que je sois conscient que le message que le livre porte est universel.

Où trouve-t-on votre ouvrage? L’ouvrage s’est répandu un peu partout au Liban, dans les grandes librairies surtout mais aussi dans les banlieues de Beyrouth et les régions comme Kaslik, Bikfaya et très prochainement Zahlé. On peut aussi le commander en ligne via le site d’Antoine online.

Un mot du message que vous désirez faire parvenir aux Libanais. La situation du pays n’est pas désespérée si vous participez au changement mais en commençant par vous-mêmes. Nous pouvons en tant qu’individus face à la déficience de nos gouvernements prendre les initiatives nécessaires pour changer l’état des choses mais pour cela il faudrait rester unis et œuvrer dans l’intérêt de tous. Car si un des maillons est faible tout le Liban en deviendra malade. Propos recueillis par MIREILLE BRIDI BOUABJIAN

Je l’ai passé à ma fille

Bonjour cher Assad,

J’ai pu me procurer le livre, j’ai eu les larmes au yeux en le lisant, je l’ai passé à ma fille (24 ans, en 5ème année de droit), une belle leçon de vie, allant de l’engagement jusqu’au don de soi. Bravo, je suis fier d’avoir partager à tes côtés, à vos côtés (avec J.A et Georges A.) de 1979 a 1988, ces moments, merci pour cet hommage et ton acte de repentir, tu es un homme courageux et ça je ne doutait aucunement. Saches mon cher Assad si un jour t’es pas te traîne jusqu’à marseille, cela me ferai plaisir de te présenter à ma petite famille que j’ai créée ici en france, mon humble maison te sera ouverte ainsi qu’à ta famille. Bien à toi .

M. L.

Le discours que j’attendais depuis 30 ans

Cher M. Chaftari.
J’ai lu votre livre et voudrais vous dire : il n’est pas seulement pre’cieux. Il est plus que pre’cieux. C’est le discours que j’attendais depuis 30 ans moi qui ne suis ni milicienne ni ne comprends rien a la politique. Que le dieu d’humilite’ et de mise’ricorde qui se re’ve’le a’ travers votre e’criture vous be’nisse. J’ai communie’ pour vous hier et prierai tous les jours pour vous.
Je suis docteur en lettres. J’ai e’crit ma the’se sur the’re’se de lisieux. J’ai e’crit sur charbel et rafqa. Croyez-moi: en vous lisant j’ai e’prouve’ plus de joie car il y a plus de joie a’ retrouver la brebis perdue qu’a’ conserver les 99 autres. Je voudrais vous dire ceci : la’ ou’ le pe’che’ abonde, la grace surabonde.
A. B   Liban

Thank God

Dear Assaad
Thank God for the book, which I finished today. A major work you have done. Je tire le chapeau .
You are fighting the good fight, with a statesmanship which challenges us all. Graciously acknowledging the worst of yourself, and drawing the best out of others, for the sake of the young Lebanese. Like Lincoln’s speech at Gettysburg, to “bind up the nation’s wounds ..”
I now understand much more of your background — skills, drive, range of thought, and particularly the trauma you went through as a family in Zahle. But supremely the wonder of your redemption. Fresh hope for the world.
Your French is friendly to the English. While I have not grasped many of the phrases and the political nuances, the clear flow of the Spirit shines through the whole story.
Peter E. (U.K)